16 Jun

Comment les courtiers hypothecaires peuvent-ils vous aider?

General

Posted by: Jean-Simon Norton

Comment les courtiers hypothécaires peuvent-ils vous aider?La meilleure stratégie qu’une personne désirant acheter une maison puisse mettre en place est de rassembler une équipe de professionnels de l’immobilier pour l’aider à prendre la décision la plus éclairée relativement à l’achat le plus important qu’elle fera, c’est-à-dire l’achat d’une propriété. Il est primordial de vous allier à un courtier immobilier qui a des connaissances approfondies des propriétés et du marché, à un comptable qui comprend les incidences fiscales de l’achat d’une propriété, à un inspecteur en bâtiment qui vérifiera si la structure comporte des faiblesses, et à un avocat ou un notaire expérimenté en matière de contrats d’achat de propriétés…

… et, bien entendu, à un courtier hypothécaire qui sait quels sont les produits et les offres disponibles et qui peut obtenir pour vous les meilleurs taux et les meilleurs termes possibles.

Une simple visite à une banque peut être suffisante pour obtenir un prêt hypothécaire (lorsqu’une personne est qualifiée). Mais est-ce que le fait de se limiter à une conversation avec un agent financier d’une banque, sans réellement connaître les tenants et les aboutissants des modalités et conditions qu’un bon prêt hypothécaire devrait comporter, s’avère judicieux?

Les courtiers hypothécaires sont des professionnels qui réduisent le stress lorsque vient le temps de remplir une demande de prêt hypothécaire et de trouver la meilleure propriété pour votre prêt hypothécaire. Un bon courtier hypothécaire vous expliquera toutes les options de prêts et suggérera les programmes qui peuvent être avantageux pour vous sur le plan financier. Lorsque vous allez à la banque et parlez avec ce même agent financier, ce dernier pourra vous donner des renseignements uniquement sur ce qui a trait à sa banque. En d’autres mots, les employés des banques ne connaissent que les produits offerts par la banque pour laquelle ils travaillent et ils n’essaieront certainement pas de suggérer des produits offerts par d’autres banques, même s’il s’agit d’une meilleure option pour vous.

Les courtiers hypothécaires occupés qui travaillent pour une société hypothécaire florissante ont accès à des taux réduits qui ne sont offerts nulle part ailleurs. En raison du volume considérable de prêts hypothécaires que conclut une société occupée, les courtiers hypothécaires ont accès à de bien meilleurs taux que ceux que vous pourriez trouver par vous-même. Étant donné que les courtiers hypothécaires négocient des prêts hypothécaires tous les jours, ils savent quels sont les produits disponibles et connaissent les meilleurs taux offerts.

Les courtiers hypothécaires dignes de confiance agiront TOUT D’ABORD dans votre intérêt. Un bon courtier hypothécaire comprend que si vous êtes un client heureux, vous le recommanderez probablement à des membres de votre famille et à vos amis parce que vous aurez eu un résultat favorable et satisfaisant dans le cadre de votre expérience liée à votre prêt hypothécaire. Les courtiers hypothécaires sont tributaires des recommandations qu’ils obtiennent et, bien qu’ils continuent de commercialiser leurs services, les recommandations demeurent leur principal moyen d’existence.

Les courtiers hypothécaires sont disponibles et flexibles pour organiser des rencontres et fixer des rendez-vous. Ils ne sont pas confinés dans un horaire immuable, mais ils travaillent plutôt avec vous, quand vous le décidez. En général les gens sont occupés et le temps est une denrée précieuse. C’est pourquoi ils s’organiseront pour parler avec vous au moment qui vous convient; de cette façon, vous n’aurez pas à vous absenter du travail et perdre des revenus, ou à attendre deux semaines pour obtenir un rendez-vous avec votre conseiller financier à la banque et risquer de rater un achat en raison du temps qui s’est écoulé.

Les courtiers hypothécaires conseillent leurs clients sur la façon de présenter leur profil financier de manière favorable au prêteur. Les conseils financiers font également partie de la valeur globale dont vous bénéficierez en faisant affaire avec un courtier hypothécaire. Ils vous conseilleront également sur la façon d’utiliser votre crédit et sur ce qu’il faut éviter dans le cadre du processus de préautorisation. Un bon courtier hypothécaire fait tout cela pour ses clients.

Les services d’un courtier hypothécaire sont GRATUITS! Le prêteur verse une commission au courtier hypothécaire et le client obtient le meilleur prêt hypothécaire possible, et ce, sans frais. Le courtier hypothécaire consultera votre dossier de crédit une fois seulement et il contactera plusieurs prêteurs en utilisant ce même rapport de solvabilité qu’il aura consulté. Il s’agit d’un autre aspect démontrant que le courtier hypothécaire aide ses clients et qu’il travaille de manière à protéger leurs intérêts.

 
Si vous avez des questions ou des commentaires, ou si vous voulez que votre blogue ou votre article soit affiché sur le site Web de CHD, veuillez communiquer avec moi. Merci et au plaisir!
16 Jun

La Reserve federale americaine reporte encore la hausse des taux

General

Posted by: Jean-Simon Norton

Personne ne s’attendait à ce que la Réserve fédérale américaine augmente les taux aujourd’hui malgré les critiques que certains ont formulées à son endroit pour son manque de crédibilité. Quand le taux des fonds fédéraux pour le financement à un jour a d’abord été augmenté à la fin de l’année dernière, le Federal Open Market Committee (FOMC) prévoyait alors quatre hausses de taux cette année. Maintenant, la plupart des membres du comité estiment qu’il n’y aura que deux hausses et un nombre croissant en prévoient seulement une. Pourquoi la Réserve fédérale est-elle devenue si conciliante?

La réponse réside dans les données économiques décevantes du premier trimestre, avec une croissance d’à peine 0,8 pour cent, dans la faiblesse du rapport sur l’emploi de mai et dans la montée de l’incertitude mondiale, particulièrement en ce qui a trait à la possibilité imminente du Brexit. De récents sondages effectués au Royaume-Uni suggèrent que la perspective de quitter l’Union européenne a pris de l’ampleur. Bien que je croie que ces sondages exagèrent le vote pour « quitter », les prix des obligations du gouvernement ont grimpé partout dans le monde, ramenant les taux d’intérêt dans le territoire négatif en Allemagne pour la toute première fois, alors que le capital se déplace dans des refuges plus sûrs. Le vote aura lieu dans seulement huit jours, soit le 23 juin, et il est évident que la Réserve fédérale n’a pas d’intérêt à augmenter les taux devant une telle incertitude.

La décision de rester à l’écart a été unanime pour la première fois depuis janvier. Le FOMC s’attend à ce que l’économie américaine rebondisse au cours du trimestre actuel et que les gains en matière d’emploi augmentent encore une fois, alors que l’inflation demeurera faible.

La Réserve fédérale considère que le taux des fonds fédéraux « normalisé » à long terme se situe entre 3 et 3,5 pour cent. Actuellement, il reste à un faible 0,25 à 0,5 pour cent, suggérant qu’il est peu probable qu’il atteigne des niveaux normaux avant 2018.

Pendant ce temps, la politique monétaire des États-Unis et du Canada demeure extrêmement accommodante. La Banque du Canada n’augmentera pas les taux cette année, même si elle exprime des préoccupations en ce qui concerne les niveaux élevés d’endettement des ménages par rapport à leur revenu.

Dans la récente Revue du système financier de la Banque du Canada, la banque centrale a signalé un « risque accru » dans l’industrie hypothécaire alors que les

acheteurs, particulièrement à Toronto et à Vancouver, se placent dans une situation financière difficile dans le but d’intégrer le marché du logement.

La part des nouveaux prêts hypothécaires accordés en 2015 qui a dépassé 450 pour cent du revenu d’un emprunteur a atteint 15 pour cent l’an dernier, ce qui représente une hausse par rapport au 12 pour cent affiché l’année précédente. Il y a eu des avertissements répétés selon lesquels l’inflation des prix à Vancouver et à Toronto, qui est alimentée en partie par les investissements étrangers, est excessive, cela faisant en sorte que les acheteurs d’une première propriété prennent des risques imprudents quant au fardeau de leur dette.

La banque centrale, les gouvernements provinciaux, les présidents et chefs de la direction des banques à charte, le ministre des Finances Bill Morneau, le FMI, l’OCDE et les innombrables pontifes affirment que ces ménages surendettés sont dangereusement vulnérables au ralentissement économique ou à la hausse des taux d’intérêt. Bon nombre réclament de l’action pour endiguer le flux des achats étrangers, mais la Banque du Canada laisse les autorités fiscales décider des prochaines étapes qui seraient appropriées, le cas échéant. Selon le gouverneur Poloz, la politique monétaire n’est assurément pas l’outil approprié.

Le marché de l’habitation est stagnant ou faible partout au pays, à l’exception de la région du Grand Toronto et de la région métropolitaine de Vancouver, ainsi que de leurs environs. Les prêts hypothécaires en souffrance n’ont pas augmenté et le logement demeure l’une des pierres angulaires les plus importantes de l’économie canadienne, du moins pour l’instant.